argentine

« Ils n'en mouraient pas tous d'envie, mais tous en étaient frappés ».

 

«  Ils n'en mouraient pas tous d'envie, mais tous en étaient frappés ».

 

C'est, à l'égal de la peste une véritable épidémie qui frappe depuis peu les élus sarkozystes du Périgord Vert; déjà trois cas déclarés parmi eux, qui pourraient, si on n'y prend garde, faire des ravages dans les rangs de leurs homologues départementaux. La pathologie est toujours identique. Un beau matin l'élu s'éveille et se dresse fébrile sur son séant! Comme E.T il veut lui aussi, coûte que coûte, sa maison! Inutile de tenter de le raisonner lorsque le symptôme apparaît il est déjà trop tard : l'édile est bel et bien contaminé. Comme tous les autres il aspire à ses colonnes de Buren qui, pourtant, n'ont pas mis 25 ans pour se déliter et rêve d'un « Sam suffit » faute de pouvoir envisager d'ériger, lui aussi, une T.G.B catastrophique aux dires de son personnel et de ses utilisateurs ou un musée des Arts premiers seule trace tangible du long règne de Jacques Chirac.

Son pavillon sera dans un cas une tautologique « Maison des Cluzeaux ». Philippe de Courcel qui a imaginé cette structure y tient dur comme fer… et il la fera, au grand dam des contribuables qui épongeront, années après années le déficit récurrent d'une création participant de la gabegie ordinaire des finances publiques.

La Thibérienne Mme Hyvoz qui, paraît-il lorgne sur le fauteuil de Maire de la localité aspire, quant à elle a adosser à la grotte des Fraux située dans la commune voisine de Saint Martin de Fressengeas, une « Maison de l'âge du Bronze »  Ce projet dispendieux et dépourvu de tout intérêt  appartiendrait « à la fois à la science et au rêve ».

 

            Un rêve qui de manière tout à fait prévisible se transformera illico en cauchemar budgétaire

                

Jacques Ratier le premier magistrat de Sorges a d'autres ambitions : sa maison à lui sera « La Maison des villages truffiers ». Il en coûtera  900 000 euros.  Plus avisé que beaucoup de ses camarades de l'UMP il s'arrangera pour en faire porter le fardeau financier par l'État, les Conseils régional et général et la communauté de communes n'impliquant Sorges qu'à la hauteur de 4% de la dépense.

 Et dire qu'il y a 557 communes en Périgord. Ça promet !

 

 



14/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres