argentine

la zygène de la filipendule

 

Voilà 7 ans que je parcours le causse d'Argentine, voilà autant de printemps que la carte mémoire de mon Olympus  peine à recueillir l'image de l'ultime phase de la nymphose de la  Zygène de la Filipendule !

Les zygènes, comptent 35 espèces en France dont la plupart ne se différencient que par d'infimes détails.  Sur le plateau d'Argentine la zygène de la filipendule et la zygène de la bruyère font partie des lépidoptères les plus aisément observables. Ces beaux papillons de nuit appréciant également la vive clarté diurne s'affichent à toute heure du jour avec une indolence remarquable sur les scabieuses, les knauties, les chardons, les centaurées qu'ils butinent et sur lesquels ils s'accouplent volontiers.

À vrai dire ils n'ont pas grand chose à redouter car, d'ordinaire, leurs prédateurs désignés, les oiseaux notamment, se détournent de proies potentielles affichant ostensiblement une livrée noire et rouge telle que la leur. En langage entomologique et ornithologique ces couleurs sont dites « prémonitrices » (1) : elles informent le chasseur que sa victime lui occasionnera ;dégustation et digestion difficiles. Les Zygènes renferment, en effet, des substances dérivées du cyanure !

La Zygène de la filipendule pond en général ses oeufs sur une flore typique des coteaux secs : coronille minime, coronille variée, lotier corniculé, hippocrépide fer-à-cheval, anthyllis vulnéraire,. que consommera ensuite la chenille.  Comme ces différentes plantes sont vénéneuses  l'imago recueillera l'héritage de cette toxicité accumulée !

Parvenue, à la fin du printemps,  au terme de son développement  la chenille qui aura hiberné durant la mauvaise saison, organise sa nymphose. Elle tisse, arrimé à la haute tige d'une graminée, un cocon parcheminé en forme de canot à l'intérieur duquel elle se transforme en chrysalide La transparence des parois jaune paille permettent de déduire l'imminence de l'éclosion.

Sur le terrain j'en ai balisé beaucoup de ces cocons et avec constance j'ai surveillé la bonne marche des évènements espérant malgré des échecs récurrents assister un jour à l'émergence du papillon !

Jamais, pourtant, je ne suis parvenu à enregistrer cet ultime épisode. Ce matin il s'en est fallu de peu. À peine un quart d'heure avant mon arrivée la chrysalide avait foré le cocon. La Zygène, toute tendre et fragile encore, s'en était déjà extraite et faisait sécher au soleil ses ailes bicolores !

Ch.C le 20/6/08

(1) ce barbarisme camouflé en néologisme est parfois adopté par certains naturalistes comme l'atteste cette citation extraite du livre " LE MONDE MERVEILLEUX DES PAPILLONS TROPICAUX " aux éditions Silva ZURICH  paru en première édition en 1950.

 « ... c'est ainsi qu'est née la théorie générale de la "livrée prémonitrice" : cette dernière a la signification d'un noli me tangere  adressé aux prédateurs mal intentionnés; elle est l'équivalent de l'étiquette "poison!" colée sur les fioles de nos pharmacies »

Il en est d'autres, dans la communauté scientifique qui n'emploient que le qualificatif d'aposématiques épithète qualifiant des couleurs annonciatrices de toxicité.  Notre ami André Lequet ne serait pas opposé à l'usage d'Avertissantes. plus intelligible pour le commun des mortels !

 

 

 



29/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres