argentine

À Paussac, comme ailleurs, le massacre continue !

À Paussac, comme ailleurs, le massacre continue !

 

Que restera-t-il du Périgord dans un demi-siècle ? Au mieux sans doute le souvenir, fixé sur d'anciens tirages photographiques (1) de paysages demeurés harmonieux jusqu'au tournant du 3ème millénaire !

Le mitage, le bétonnage et le bitumage, l'agriculture productiviste, le développement fugace  et anarchique auront eu raison, alors, de ce territoire qui, abusivement paré des plumes du paon s'est baptisé « Pays de l'homme »  

La région n'aura jamais su mériter le legs de la nature ni faire respectueusement fructifier l'héritage de  ses premiers habitants. L'incurie et l'aveuglement des élus… et de leurs électeurs le détruisent chaque jour un peu plus. Lascaux meurt de Lascaux II … et le pouvoir local n'en porte pas le deuil. C'est, paraît-il affaire « d'indiens » !

C'est certainement, aussi, attitude rétrograde, voire réactionnaire, et dans le même temps anti-économique que de s'opposer au massacre continu des coteaux et des causses du département.

Tous les Périgord, vert, blanc, noir et pourpre sont pourtant à cet égard logés à la même enseigne. Partout on déboise, on creuse, on prélève on dévaste sans souci de l'environnement des centaines d'hectares supplémentaires chaque année.

À La Rochebeaucourt et Sainte Croix de Mareuil les carriers des Charges Minérales du Périgord, avec la bénédiction et la complicité des autorités, (le PNR PL et la Diren  sont du nombre)  auront massacré avant 2030  80 hectares de bois, landes et pelouses xérophiles calcicoles auxquels un classement ZNIEFF et Natura 2000 n'aura pas servi de bouclier !

À La Tour Blanche et à Bourg des Maisons la société MEAC détruit petit à petit les sites les plus sauvages de ces 2 communes du Ribéracois emportant au fil de l'extraction du matériau calcaire, grottes, sites archéologiques, biotopes naturels et panoramas jusqu'alors préservés.

Il en ira de même dans la commune de Paussac où au lieu-dit Font Loriot la préfecture, traitant avec mépris les engagements d'un récent Grenelle de l'environnement va accorder pour une durée de 12 ans  une extension de pratiquement 6 hectares supplémentaires à une carrière de grès ferrugineux !

Bien entendu, comme dans tous les cas précédents ou identiques non cités dans cet article, les nappes phréatiques et les circulations souterraines seront gravement altérées par ces exploitations particulièrement préjudiciables à leur sauvegarde !

Les habitants de Saint Vivien puis de Paussac et enfin de Léguillac de Cercles lieu d'entreposage des matériaux extraits vont supporter, pendant plus de 7665 jours les va et vient de norias de camions qui défonceront, dans un nuage de poussière,  chaussées  et trottoirs  terrorisant chats, chiens vieillards et bambins s'aventurant dans les ruelles étroites de leurs villages !

 

(1) les supports numériques se seront d'ici là auto-détruits puisque, dans le meilleur des cas leur longévité n'excède pas 10 ans

 



01/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres