argentine

Bienvenue chez les nazes !

Bienvenue chez les nazes !
 

Un qui doit avoir les boules c'est bien Bernard Cazeau ! Le motif de son irritation certaine et de sa mauvaise humeur  probable, c'est à coup sûr l'immense succès populaire (plus de 20 millions d'entrées en France et la certitude d'une diffusion mondialisée) remporté par le film de Dany Boon financé en partie par la Région Nord-Pas de Calais..

Quasi indétronable « Bienvenu chez les Ch'tis »  fiction cinématographique concoctée par le pourfendeur du K Way et des queues à la poste, aura, d'un tour de manivelle, hissé au pinacle ce Nord, sans truffe ni foie gras ni décalquomaniaques Lascaux 2 et 3,  présidée par le socialiste Daniel Percheron qui siège au Sénat non loin de son homologue du « Pays de l'Homme » (sic) apôtre de la cinéphilie boutiquière !

 

Bernard Cazeau, depuis 1994, date de son élection à la présidence du Conseil général de la Dordogne, dilapide les ressources publiques en finançant, les plus exécrables « nanars » du cinoche franchouillard.  Aucun des films produits avec le concours du département n'a drainé les cinéphiles, et on les comprend,  dans les salles.  Pire, les toiles sponsorisées, des œuvres également soutenues par le CNC (Centre national de la Cinématographie officine aux amitiés confessionnelles particulières)  nuisent  à l'image du Périgord.  Le comble de la de la médiocrité culturelle aura été récemment atteint avec le funeste « Jacquou le Croquant » de Boutonnat, tourné pour l'essentiel… en Roumanie , alors même que le CG24 déboursait 100 000 €   à seule fin d'obtenir un plan panoramique sur le pont de Terrasson!

Retiré de l'affiche après quelques jours d'exploitation seulement, l'exécrable « Jacquou »  véhiculant une image lamentable de la région, aura connu, au bout du compte, un bide mémorable plus retentissant encore, eu égard à son budget, que d'autres productions indigentes telles « Les Gaous », « Albert est méchant » ou « Le sang des fraises » également soutenues les années précédentes par l'exécutif périgourdin .

À croire que les sémillants apparatchiks qui grenouillent dans la bulle culturelle du Conseil général ne savent pas lire le moindre synopsis et qu'ils  sont incapables de juger de la qualité future d'une œuvre.  Pourtant ils sont payés pour ça , car, in fine, c'est bien sur leurs recommandations que le pouvoir local engage ses deniers!

Le 7ème art, bien pourvu en starlettes et en gitons aux dents longues saurait-il user d'arguments  suffisamment séduisants pour emporter le morceau ?

 

Bernard, vire tes conseillers cinématographiques ! Ce sont des nazes ! Ou pire encore !

 

 



23/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres