argentine

grotte de tourtoirac : le prix de la visite est dissuasif !

À la veille de l'ouverture au public de la grotte de La Clautre (Tourtoirac) les responsables du projet sont, pour des raisons  cruciales, dans leurs petits souliers. Le coût de leur initiative, financée par le contribuable, dépasse 1,7 million d'euros et il est fort douteux que l'équilibre financier soit jamais atteint. La cavité au décor de calcite bien ordinaire, manque d'attractivité, on ne peut la parcourir que sur à peine 300 mètres et le prix de la visite en est dissuasif ; 7,50 € ( 50 balles quand même !) pour un adulte. Les propriétaires de la grotte de Villars pratiquent des tarifs comparables ( avec 4,50 € ils sont minorés malgré tout pour les enfants - ceux de La Clautre atteignent 5 €-) mais au moins les amateurs en ont-ils pour leur argent puisque la caverne renferme également de surprenantes peintures magdaléniennes et qu'avant la visite un film leur est projeté sur l'histoire géologique du plus grand réseau karstique du Périgord (plus de 11 km).

La Clautre, d'ici peu, pourrait bien être aux finances départementales ce que le Pôle International (sic) de Préhistoire, la  danseuse du CG24, est depuis trop d'années déjà … un véritable boulet ! (1)

(1) Aucun opérateur privé soucieux de rentabilité économique ne se serait risqué dans une telle entreprise.

Ch.C le 14 /4/2010

 

Commentaires glanés sur la visite touristique de la grotte de Tourtoirac

 

             L'éclairage global est insuffisant de telle sorte qu'on regarde plus ses pieds que la cavité elle-même. Éclairage qui n'arrive pas à dissimuler les apprêts d'un faux lac souterrain et les boulons en paroi qui tentent de sécuriser la cavité. L'âge venant, une baisse de la vue est un évènement physiologique qui touche la plupart des gens (le troisième âge doit pourtant composer le principal de la clientèle). Il n'y a que trois stations au cours de la visite. Temps où les commentaires péremptoires du guide sont récités sans micro (pourtant, les malentendants n'ont pas droit à un tarif réduit). Dans les commentaires péremptoires, on apprend que les "fistuleuses" ont au moins un million d'années, que les gouttes d'eau qui perlent sur la voûte et vous tombent sur la tête ont 150 ans. Comment les calculs ont-ils été faits ?  A-t-on procédé à une coloration des eaux d'infiltration, il y a quelque 150 ans en prévision de l'ouverture de la grotte ? La visite-aller se termine sur une magnifique cascatelle artificielle alimentée par une pompe électrique (un de guides s'est fait réprimander parce que il annonçait benoîtement ou malicieusement que cette cascade était un postiche). Contrairement aux dires des présentations publicitaires de la grotte, les handicaps sensoriels ne sont donc pas pris en compte. La visite est sans grand intérêt, les visiteurs sortent de la cavité aussi peu informés qu'avant, ayant capitalisé des notions erronées sur les grottes, les circulations souterraines, les concrétions et leur genèse.

         La visite de la cavité est à la hauteur des vues de ceux qui l'ont organisée, très en-dessous.

 

         Visite à éviter, certainement. Pour le montant du droit de visite de la cavité, faites un don à une association caritative.  Vous ferez œuvre utile !

Texte mis en forme et transmis par Francis Fargeaudou un des meilleurs connaisseurs du causse périgourdin  et de ses richesses souterraines http://membres.multimania.fr/ffecit/gsp/ 

 

(ndlr) Cet article, entre autres, inspire à certains commentateurs des insultes d'une vulgarité sans pareille ; il va de soi qu'elles n'apparaîtront pas sur ce blog tant que leurs courageux auteurs s'abriteront derrière des pseudonymes !  

Sud-ouest, média dont la servilité est bien connue, n'arrête pas de faire paraître depuis le printemps des publi-reportages visant à promouvoir la bien ordinaire grotte de La Clautre de Tourtoirac promise à la déconfiture économique. Dans son édition de ce jour, 9 juillet 2010, il en remet une couche supplémentaire à la faveur de l'inauguration des aménagements touristiques de la cavité ouverte à un rare public payant… 2 mois auparavant. L'événement dont le caractère dérisoire n'échappera à personne a fourni l'occasion à Bernard Cazeau d'aller, en ces temps de canicule, se rafraîchir, une nouvelle fois, dix pieds sous terre en compagnie du maire de la localité affublé du signe distinctif majeur de sa charge et de sa fonction : la fameuse écharpe tricolore républicaine.

 Philippe Marchive, un des explorateurs de la grotte découverte par Jean-Luc Sirieix (lire sur Tourtoirac le récit de l' exploration au cours de laquelle  Jean Luc Sirieix et Anne-Marie Maire devaient trouver la mort), était lui aussi une fois de plus, comme en avril dernier, du « raout » : il a prononcé, à cette occasion,  les mêmes phrases pertinentes recueillies précieusement par les plumitifs vernaculaires «Aujourd'hui, cela me fait vraiment drôle, notamment de voir la grotte avec ces barrières. »  Ce sera sûrement encore plus « drôle » d'ici peu pour le contribuable quand il sera invité à combler un déficit financier qui s'annonce … abyssal !

Une fois de plus l'UMPS aura su, par ailleurs, resserrer les rangs autour de Bernard Cazeau , le « Conducator de la Dordogne », ardent défenseur de ce projet loufoque: le sarkozyste Philippe Cornet, fraîchement élu au Conseil régional d'Aquitaine, affirme, droit dans ses bottes d'apprenti spéléologue que la Clautre « C'est un produit rare dans le nord du département, et il est très bien mis en valeur ». Il ne s'est d'ailleurs pas opposé au financement de l'amenagement touristique. On doit en conclure que l'élu périgourdin s'y entend aussi bien que les socialistes pour faire valser les picaillons et vider les poches du contribuable !

Ch.C le 9/7/2010

 



01/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres