argentine

La Rochebeaucourt et Argentine sur la toile !

 

L'encyclopédie libre Wikipédia vient récemment de mettre en ligne quelques informations concernant la commune périgourdine de La Rochebeaucourt et Argentine. La contribution (1) du rédacteur anonyme (opérant sous l'affligeant pseudo Père Igor) des différentes notules relatives à ces marches de l'Angoumois, est bourrée d'erreurs, d'oublis, de maladresses littéraires qui nuisent à son rayonnement.

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rochebeaucourt-et-Argentine

Vitrine occidentale emblématique du Parc naturel régional Périgord-Limousin La Rochebeaucourt et Argentine n'est pas, loin de là, ce territoire caussenard préservé auquel  voudraient faire croire quelques élus locaux et autant d'apparatchiks et de thuriféraires du PNR ; elle mérite toutefois bien mieux que le condensé de lectures mal assimilées qui ont donné lieu à sa médiocre présentation sur la toile !

À lire les premières lignes du texte on manque de s'étrangler. La version proposée de l'origine étymologique de La Rochebeaucourt, est proprement surréaliste : selon l'auteur du texte afférent elle découle  « de la roche (château) (La roche plutôt et non pas le château NDLR) où on émascule (écourte) les taureaux »  (Rupes bovis curtis)

C'est bien sûr une grossière erreur que le premier historiographe de la localité, M. Henri Mazeau, s'était gardé de commettre ! En réalité le vocable bas-latin curtis présent dans Rupes bovis curtis attesté dès le 13ème siècle n'évoque pas la castration des ruminants mais désigne déjà « à l'époque romaine », comme l'affirme, en 1926, Albert Dauzat dans son ouvrage Les noms de lieux origine et évolution paru chez Delagrave, « la cour de la ferme, acception qu'il a conservé en français. Par extension le mot est arrivé à dénommer les bâtiments ruraux entourant la cour, puis le domaine lui-même » (2)

Il ne faut pas, de toute évidence, être obsédé en permanence par les coucougnettes… fussent-elles celles du taureau quand on se mêle  d'étymologie !

Rédigées sans le moindre souci de synthèse les interminables chroniques historiques consacrées aux familles successivement détentrices du fief de La Roche ne sont que de plates copie de textes originaux auxquels l'historien intéressé par ce pensum généalogique préférera sans nul doute se référer directement.

À ce propos la bibliographie paraît bien partisane , sélective et incomplète : Le travail d'Henri Mazeau, qui a consacré à sa commune 2 ouvrages de référence est superbement ignoré. et les publications de quantité de chercheurs n'apparaissent pas  davantage(3)

S'agissant du patrimoine l'internaute restera sur sa faim  7 lignes sur les églises classées de La Roche et d'Argentine c'est plus que court… faute peut-être de monographies à recopier !

Rien ou presque sur le bourg qui fourmille pourtant de vestiges architecturaux dignes d'intérêt

Simple amas de rochers le Dolmen de Baix est une vue de l'esprit ! La maison forte d'Argentine n'est pas citée, son souterrain, probable glacière, est ignoré comme le sont les très nombreuses tailleries de meules monolithes de moulins découvertes par l'auteur de ces lignes qui a par ailleurs mis au jour de nombreux indices d'occupation médiévale du plateau (Trous de poteaux, silos, four à chaux…)

Les aménagements cultuels rupestres de la Font-Brigonde sont passés sous silence tout comme "la coquille" profonde fontaine ovalaire creusée dans le roc sur les hauteurs de Bonneuil et, non loin de là, le petit cluzeau dissimulé par la végétation au bord de la route menant à Bourdeillas.

L'exceptionnel site troglodytique aménagé au haut Moyen-âge dans la falaise nord de la pointe du plateau d'Argentine ne fait l'objet que d'une mention discrète. Le cluzeau de font-Babou, dit Trou des fadettes ( qui évoque lu crô dé lo Boboïou - l'idole païenne pré-chrétienne- de Brantôme ) n'est pas décrit et apparemment les silos voisins sont inconnus de l'auteur comme bien, d'autres vestiges périphériques pourtant évidents !

Pire le causse qui doit son classement (illusoire protection) ZNIEFF et Natura 2000 à un fantastique patrimoine floristique et faunistique ne fait pas l'objet de la moindre présentation de ses espèces végétales et animales censément protégées !

À croire que l'auteur n'a pas consulté les brochures ad hoc éditées par le Parc pourtant disponibles à la mairie .! Mais peut-être en ignore-t-il l'existence puisqu'elles ne sont pas mentionnées parmi les sources dont certaines sont peu fiables comme ce site web baptisé Gold Périgord.

Bref il s'agit là d'un travail insipide  dont la lecture n'apprendra pas grand chose à quiconque !

Ch.C le 5/1/2010 17h30

(1)     nous n'avions pas davantage signé en son temps notre article relatif aux tailleries de meules monolithes de Saint-Crépin-de-Richemont : http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Cr%C3%A9pin-de-Richemont )

(2) Passé étrangement sous silence le site du « Renfermé », au sud-est de La Rochebeaucourt, recèle dans sa cave rupestre un splendide potager du XVème siècle approximativement décoré sous un arc en accolade d'une splendide tête en haut –relief de bouvillon voir Le Renfermé : Sur le plateau d'Argentine un site exceptionnel promis à la destruction

(3) Audierne (Abbé)  Le Périgord illustré Dupont Périgueux  1851

Serge Avrilleau – Les cluzeaux de falaise d'Argentine Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord Tome CXIV 1987  2ème  livraison Carcauzon Ch : Comptes-rendus d'explorations Spéléo-Dordogne revue trimestrielle du Spéléo-Club de Périgueux années 1984, 1985

Carcauzon Ch  Découvertes souterraines en Périgord  Le Roc de Bourzac 1991

Ch Carcauzon : Argentine en Périgord : les atours d'une belle endormie Le Périgourdin N°16 mai 2003 pp 21 à27 nbrs photos

Chauvet Gustave Notes d'archéologie préhistorique(canton de Mareuil/Belle)Sté Archéologique et historique de la Charente  1881

Delluc B et G Cluzeaux du Périgord avec une approche bibliographique suivi de Graphismes rupestres non paléolithiques du Périgord in Cluzeaux et souterrains du Périgord Archéologie 24 St Astier 1975

Dujarric-Descombes A  Extrait du 2ème volume des Voyages du chevalier de Lagrange-Chancel BSHAP1916 p 287

Fabre Patrick  Elaboration du plan de gestion scientifique du plateau d'Argentine Parc naturel régional Périgord-Limousin 2001

Jézéquel jean  Du château d'Angoumois à la faillite Parisienne Six siècles autour de La Rochebeaucourt  Le croît vif 1996

Mazeau henri La Rochebeaucourt et Argentine  Mazeau 1995

Mazeau Henri La Châtellenie de La Rochebeaucourt Son histoire, ses seigneurs, ses comtes son château H.M Angoulême 1995

Sadouillet-Perrin A  Une curieuse nécropole  BSHAP Tome CXIV  1987 PP 17-21

Sadouillet-Perrin A Les églises de La Rochebeaucourt  BSHAP Tome CXIII  1986 PP  205- 208

Tournepiche J.F Géologie de la Charente  Germa  1998

On peut également consulter jussas et galard

 

Un  blog sous influence municipale se doit sinon de faire l'unanimité tout au moins de tendre vers la consensualité citoyenne. Ce faisant, en évitant de froisser les différentes composantes du corps électoral il court le risque de paraître timoré voire fade. Celui de la mairie de La Rochebeaucourt dont il faut reconnaître la qualité formelle n'échappe pas tout à fait à ce défaut congénital !

La rédaction des textes mis en ligne est honorable (1), l'iconographie satisfaisante tout comme la diversité des rubriques proposées. Il est profondément regrettable en revanche que les délibérations du conseil municipal soient occultées (elles ne sont pas davantage affichées sur le panneau vitré prévu à cet effet à Argentine notamment) et que les projets engageant la collectivité ne bénéficient pas d'une diffusion médiatique sur la toile. Il en est ainsi, en ce moment, s'agissant de la révision de la charte du PNRPL soumise à enquête publique depuis le 8 décembre 2009 jusqu'au 12 janvier 2010 prochain…

Certains s'étonneront à la consultation du site de la présence de liens commerciaux en faveur d'entreprises privées, certaines angoumoisines, (Industrie, immobilier, prestations de service, loisirs…) et, alors même que l'unique épicerie du village (2) vient d'être portée en terre sans tambours ni trompettes, du manque d'empressement de la municipalité à saluer, promouvoir et soutenir la courageuse, mais bien aléatoire hélas, initiative d'un jeune couple de néo-résidents visant à relancer un commerce semblable dans la grand-rue,  juste en face de la mairie ! (3)

Ch.C le 7/1/2010

Nous ne mettons pas en lien le blog de la Mairie de La Rochebeaucourt qui semble en dissuader, dans un long avertissement, les internautes un poil critiques

(1)                Madame  Valentine Huin, restauratrice bénévole du tableau représentant Saint Martin accroché au dessus de l'autel de l'église d'Argentine, déplorera peut-être, quant à elle, une frappe empressée du clavier de l'ordinateur qui en a fait une épouse Hutin !  On fermera les yeux sur d'autres fautes d'inattention coutumières à tous les internautes, signataire de ces lignes inclus :  Présentaion Etude INRA  Les travaux du Prespytère  La Rochebeaucourt en travaux

(2)                En dix ans l'établissement aura été dirigé par au moins 3 couples de gérants  qui, tous, certainement, auront été confrontés aux impayés de leurs clients locaux. comme l'affirme, avec un pointe d'humour noir, le dernier d'entre eux (M. et Mme Dewaelle )  sur une affiche collée sur sa vitrine désormais protégée par un rideau de fer ! De quoi décourager l'installation d'un boulanger dont la commune manque cruellement.

     3)         Il semblerait que plus d'énergie et de fonds aient été mis en oeuvre pour maintenir un emploi à temps partiel et rénover à grands frais les locaux d'une agence postale sur place. On doute pourtant que la majorité des rupebocurtiens ait un compte en banque à La Poste (Le Crédit Agricole jouit d'un véritable monopole dans la ruralie profonde) ou passe son temps à expédier du courrier ! S'agissant de l'épicerie, la Communauté de communes de Mareuil à laquelle appartient La Rochebeaucourt s'apprête à jeter le bébé avec l'eau du bain... en autorisant l'ouverture d'un super marché au ras des murailles du château de Mareuil ! Pour une fois l'argument du risque de dévitalisation des bourgs et des villes periphériques ne tient plus. Curieux non ?

                  Le déplacement à Mareuil ou Villebois (10 km de part et d'autre de LRB) qui est considéré comme pénalisant par les habitants et leurs édiles lorsqu'il s'agit de la poste... ne le serait donc plus pour l'achat des denrées alimentaires de première nécessité ? Va comprendre, Charles !

La lecture de la suite de cet article est réservée à nos abonnés. Afin d' y accéder abonnez-vous dès maintenant, 10 €/an

CB à l'ordre de Ch.Carcauzon a adresser

Ch.Carcauzon Argentine 24340 La Rochebeaucourt

 



06/01/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres