argentine

Argentine : une flèche pointe son nez !

 

Argentine : une flèche pointe son nez !

Arpentant ce dimanche, 1er février 2009 le versant nord du plateau d'Argentine malmené par la tempête de 1999, nous avons collecté, entre les racines d'un grand arbre couché par les bourrasques une pointe de flèche foliacée métallique. !

 

Ce petit objet, long de 7 centimètres,  à extrémité supérieure brisée  et douille encrassée de terre et de rouille,  s'avère typologiquement proche de productions  mérovingiennes comme l'attestent des trouvailles similaires effectuées dans différents sites du haut Moyen-âge (1) Dans le cas présent cette datation paraît d'autant plus justifié qu'à proximité un vaste ensemble troglodytique généralement attribué à cette époque, a été aménagé, par une communauté paysanne, dans les escarpements rocheux qui dominent la vallée de la Lizonne

.

 

                            

L'archéologue charentais, Gustave Chauvet qui a fouillé, dans les deux cavités principales silos et sarcophages rupestres  n'a guère laissé de témoignages sur ses investigations et ne propose dans une publication consacrée au canton de Mareuil-sur-Belle (2) aucune étude du mobilier recueilli qui semble avoir disparu aujourd'hui. Tout juste mentionne-t-il la présence, dans les sépultures, de « clous en fer et de poteries diverses » et relate-t-il la découverte, sur un squelette « d'une agrafe en bronze ».(3)

En dépit des lacunes et du caractère évasif du document qui ne date pas précisément les dépôts funéraires,  on peut cependant, sans grand risque d'erreur, faire remonter aux V-VIIIèmes siècles le creusement, à partir de cavités karstiques préexistantes,, des cluzeaux, voire même du pigeonnier rupestre, d'Argentine.

 

Si une occupation paléolithique du plateau et de ses cavernes, dont beaucoup ont pu disparaître avec la multiplication des carrières au XIXème siècle, reste conjecturale  on sait, en revanche avec une quasi-certitude, grâce à Chauvet toujours dont les collections contenaient, entre autres plusieurs haches polies trouvées sur place, que des pasteurs du néolithique fréquentaient bien le site. L'observation (Ch.C) de tessons laténiens et d'un fragment de la panse d'une amphore gallo-romaine dans le talus qui s'étend au pied des abrupts confirme également une présence humaine à la fin de l'indépendance gauloise et antérieure à la période mérovingienne. C'est dans ce même secteur que nous avons aussi remarqué une partie de meule dormante domestique  façonnée dans le grès de Saint Crépin de Richemont. Hors contexte archéologique en place la pièce est difficilement datable même si on peut estimer qu'elle avait été mise au rebus bien avant l'abandon des sites troglodytiques.

 

Voir nos photos http://argentine24.blog4ever.com/blog/lesphotos-1935-1948480043.html  et lire nos articles sur ce blog rubrique Argentine.

Ch.C Le 2/1/09

 

(1)     Jean Sainty et Jean Marche, « Pointes de flèche en fer forgé du Moyen Âge : recherche expérimentale sur leur technique de fabrication », Revue archéologique de l'Est, Tome 55 | 2006,

(2)     Chauvet. G  Notes d'archéologie préhistorique (canton de Mareuil-sur-Belle) Société archéologique et historique de la Charente 1881

(3)     Les actuels propriétaires des cluzeaux ont poursuivi la fouille de la nécropole dans les décennies 70, 80 mettant au jour, dans le même sarcophage, les squelettes d'un femme et d'un enfant accompagnés de dépôts votifs parmi lesquels aurait figuré un pégau (pichet à bec ponté apparu vers le X ème siècle) intact.

Merci Christian pour cette belle trouvaille
Ni d'or et ni d'argent, cette bonne ferraille
Aux autres comparée il faut bien qu'elle les vaille
Et ceux qui mécontents méchamment la raillent
S'ils pensent pouvoir faire mieux qu'ils s'en aillent !

 Sergeaille. (NDLR Alias Serge Avrilleau)



02/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres