argentine

Vient de paraître / Cluzeaux et souterrains du Périgord Tome IV

En cette mi novembre 2008 le 6ème volume (1) de l'inventaire des cluzeaux et souterrains du Périgord que dresse depuis 1975 l'archéologue Serge Avrilleau vient de paraître aux éditions PLB. L'ouvrage consacré aux cantons de Saint-Aulaye et de Verteillac devrait être suivi de 2 autres tomes traitant du Nontronnais et du Périgord Central.

Longtemps attendue cette publication est cependant lancée sans tambour ni trompette. Sur le site de l'éditeur (http://albuga.free.fr/PLBeditions/ ) elle n'est même pas annoncée et pour cause: il n'a pas été réactualisé depuis le 7/2/08 et la PQR ne l'évoque pas davantage. Comme les précédents, ce nouveau document, un in quarto de 195 pp, est abondamment illustré . Il  regroupe des dizaines de plans, de cartes, de relevés et de photographies (2) qui complètent un texte foisonnant mais pas toujours exempt cependant d'oublis et d'imprécisions.

Certains trouveront étrange que la préface soit de Christian Carcauzon, l'explorateur de la grotte de Jovelle (Jovelle Jovelle : un sanctuaire miraculeusement conservé) et découvreur de son décor rupestre paléolithique alors même que l'auteur, dans les pages dédiées au site (pp 159-166) se présente comme l'inventeur de la cavité.(3) À ceux-là nous déclarons que la déconvenue d'un ami de quarante ans passé à côté du bestiaire préhistorique peuplant ses parois, explique son souci de se voir gratifier d'une visite antérieure non divulguée, si ce n'est au correspondant des Antiquités préhistoriques Christian Chevillot. Sous le porche de la caverne dont il ne parcourut que les 10 premiers mètres il devait recueillir, six mois avant notre  propre incursion, un abondant mobilier lithique et céramique. Dans un souci d'apaisement nous avons accepté, il y a bientôt 3 ans, d'écrire la présentation de son travail. (SOUTERRAINS DU PERIGORD ( Le Ribéracois 3ème partie )

Depuis nous lui avons communiqué bon nombre d'informations inédites qui ne figurent pas toujours dans les pages de la dernière partie réservée au Ribéracois. Il en va ainsi notamment du souterrain de la Feuillade (Cherval), proche du château éponyme, des cluzeaux de La Roche (Cercles)  creusés à faible distance de celui du Réjoblo où  nous devions signaler la présence de silos inédits et d'une croix sculptée en léger champlevé . Nos renseignements relatifs aux gravures de la grotte de la Geyrie n'ont pas été exploités (La grotte de la Geyrie et le four à chaux de La Besse). Si la découverte de l'abri et du silo du vallon de la Cavaille nous est attribuée il n'en va pas ainsi  des boulins du pigeonnier du Moulin à vent.  En revanche le doute émis quant à la nature karstique ou purement anthropique  d'une cavité située aux abords du château du Bourbet (Cherval) ne peut être évacué aussi facilement que le prétend notre ami « s'agissant du calcaire campanien il y a peu de chances pour que cette cavité soit naturelle » Entre Nizonne, Belle et Dronne les horizons du crétacé supérieur  ont fait l'objet d'un cavernement intensif attesté par des centaines de grottes et d'avens. dont certains atteignent presque 50 mètres de profondeur et  (ou) se développent sur plusieurs hectomètres.

Plus surprenante est l'occultation d'acquisitions récentes concernant la commune de Goûts-Rossignol et dont nous avions proposé la publication dans la foulée de la présentation du cluzeau du vallon des Rouilles… (SOUTERRAINS DU PERIGORD - UNE AFFAIRE DE FAMILLE -)

Ce ne sont toutefois que des lacunes vénielles qui n'obèrent pas l'intérêt de cet inventaire.

Serge Avrilleau a accompli un travail exemplaire que personne d'autre que lui n'aurait pu entreprendre et encore moins mener à ce terme ! Son œuvre à coup sûr, comme celle de Martel pour la spéléologie, est appelée à passer à la postérité et quels que soient les reproches, mineurs le plus souvent, que l'on puisse formuler à son encontre il est certain qu'elle figurera longtemps au panthéon des références bibliographiques. Dans les années à venir l'archéologie officielle devrait se repaître des recherches initiées par des pionniers de sa trempe dont il aura été l'incontestable chef de file !

Ch.C le 17/11/08 

Serge Avrilleau : Cluzeaux et souterrains du Périgord Tome 4. Cantons de Saint-Aulaye et de Verteillac (Ancien arrondissement de Ribérac) in 4 br couv ill coul. 195 PP  Très nbrs ill h.t  PLB éditeur 2008. Prix non mentionné

(1)     Ce 6ème volume paraît sous la numérotation ambiguë  de Tome 4 car le tome 1 original de 1975, celui que nous possédons, a été réédité en 2 tomes 1a 1b .

(2)     Réduction des coûts d'impression oblige la qualité des clichés ne dépasse pas, hélas, celle des revues associatives

(3)       « Plus tard il entre le premier dans la grotte de Jovelle, à la Tour Blanche, dont la découverte sera attribuée à quelqu'un d'autre »  Ces lignes de Dominique Lavigne que n'étouffait pas la déontologie journalistique, parurent en 1994 dans le N°23 du Journal du Périgord insignifiant magazine inféodé aux pouvoirs locaux qui lui fournissent la manne publicitaire sans laquelle il aurait, depuis fort longtemps, fondu les plombs !

Cher Christian,
Je te remercie pour ton analyse de mon tome 4 (objective et sans pitié). Ce volume est le 6ème que j'ai édité, en effet:
Le premier tome (1975) a été réédité sous la forme de deux volumes:
1a et 1b.
Le volume 1a traitait du Sud Bergeracois et le volume
1b du Nord Bergeracois.
Tous étant épuisés je vais rééditer ce tome 1 en un seul volume ... énorme !
avec de nouvelles découvertes, des rectificatifs et des additifs, toujours possibles.

Serge Avrilleau le 17/11/08

 

Jovelle : du révisionnisme appliqué à l'archéologie

Serge Avrilleau, spécialiste reconnu des souterrains artificiels et des cluzeaux présentera le 21 février, à la Tour-Blanche, le tome IV d'un inventaire de ces sites hypogés ou troglodytiques répertoriés dans les cantons de Saint-Aulaye et de Verteillac. À cette occasion, devant un parterre de béotiens, il devrait une fois de plus se prétendre, comme il le fait systématiquement et en toute mauvaise foi depuis plus de 25 ans, inventeur de la grotte ornée paléolithique de Jovelle.

Ce syndrome pathologique qui le pousse à revendiquer constamment une découverte à côté de laquelle il sera passé sans l'ombre d'une discussion a le don de m' agacer, d'autant que  de son aveu même j'ai bel et bien révélé le cortège d'équidés, de bovinés, et de mammouths surtout, gravés sur les parois de cette petite cavité par des chasseurs gravettiens 25 000 ans avant le présent.(1).

Certes « le subterranéologue distingué » évite d'endosser clairement cette paternité. Plus sournoisement il distille (de manière pernicieuse) le doute au sein de publics non avertis et chez les journalistes s'accommodant fort bien d' informations erronées, en déclarant, comme il l'a fait récemment à Sud-ouest (édition du 12/2/09), que « sa grotte préhistorique préférée (sic) est celle de Jovelle (qu'il a) découverte en 1983 » . Peu de temps auparavant c'est auprès de l'association Lithos (2) qu'il était intervenu pour tenter d'effacer mon nom des tablettes, avec un certain succès d'ailleurs puisque désormais en formulant la requête Jovelle sur n'importe quel moteur de recherches on tombe  sur cette perle « La grotte de Jovelle a été découverte en 1983 par Serge Avrilleau… »

Ce n'est qu'en 1994, à la lecture du N°23 du trimestriel. « Le Journal du Périgord », que j'ai eu vent de ses manœuvres récurrentes et devenues systématiques depuis ¼ de siècle, Non sans habileté, mais avec l' obligeante complicité de Dominique Lavigne , alors rédactrice en chef  du magazine, Serge Avrilleau laisse entendre qu'il « entre le premier dans la grotte de Jovelle à la Tour Blanche dont la découverte sera attribuée à quelqu'un d'autre »

Le lecteur comprend alors que Christian Carcauzon  n'est qu'un imposteur qui tente de s'attribuer des mérites qui ne lui reviennent pas !

Ces mesquineries infantiles ne nuisent qu'à leur auteur auquel j'ai longtemps accordé mon amitié. C'est au nom de celle-ci que j'ai accepté, cédant à ses demandes répétées, de rédiger la préface du tome IV de Cluzeaux et souterrains en Périgord.(lire SOUTERRAINS DU PERIGORD ( Le Ribéracois 3ème partie ) & SOUTERRAINS DU PERIGORD - UNE AFFAIRE DE FAMILLE - ) qui porte, même indirectement, comme c'était déjà le cas pour les ouvrages précédents, la marque de mon étroite collaboration.

Pourtant, au lendemain de cette nouvelle attaque , je me sens en droit de rétablir une vérité  perpétuellement contestée.

Serge Avrilleau assure avoir découvert la grotte de Jovelle, 6 mois avant ma propre incursion. Bien qu'aucune preuve ne vienne étayer les dires de l'ancien spéléologue Astérien j' ai cautionné cette version… d'une simple visite antérieure (de l'entrée) aux résultats plus que limités!

Jovelle, cavité inédite, avait jusqu'en  1983 échappé à toutes les recherches menées sur place par différents spécialistes. Pour autant son porche était fort connu des carriers et des champignonnistes qui s'en servirent longtemps… de latrines !

Avrilleau suggère qu'au printemps de cette année là il est le premier visiteur pertinent et éclairé à s'engager dans cette grotte (la1426ème à son palmarès précise-t-il dans un souci maniaque de comptabilité)  Sa progression se limite à une dizaine de mètres car un brusque rétrécissement du conduit apparaît bien vite. « J'avançais l'exploration jusqu'au moment où la reptation devenait dangereuse pour un spéléologue isolé… » Tu parles Charles ! Serge, s'il est bien vrai qu'il s'est aventuré si loin de la lumière du jour, a tout simplement eu peur de poursuivre sa reconnaissance !

Tout aussi solitaire et « isolé » que lui il ne me faudra , 6 mois plus tard, que quelques minutes d'une désobstruction facile pour forcer le passage et parcourir sur environ 40 mètres un spacieux méandre concrétionné inconnu ! (photo Ch.C ci-dessous 20 novembre 1983 prise 4 jours après mon exploration solitaire de la galerie))

En revanche, avant de repartir, il aurait collecté, à même le sol 3 ou 4 tessons protohistoriques et quelques silex. La belle affaire ! Des trouvailles, des observations, des constatations semblables ;  si je devais les relater et m'en vanter la liste que je serais amené à produire en compterait des centaines… elle serait presque aussi étoffée que l'organigramme des parasites socialo-maçonniques qui vampirisent la fonction publique territoriale du CG24.

Étourdi par sa glane de quelques vestiges mobiliers, Avrilleau contacte, paraît-il, dans la foulée, Christian Chevillot (3) le correspondant des antiquités préhistoriques, un archéologue « coucou » qui ambitionne de se faire un nom. Leur entrevue a lieu le jour même, le 29 mai.  Elle ne déclenche pas d'investigations complémentaires, preuve s'il en fallait du caractère jugé anodin des trouvailles  présentées. La grotte de Jovelle retombe pour 180 jours dans l'oubli ! Incompréhensible puisque, de toute évidence, la galerie se prolonge bien au delà de la chatière et qu'elle est susceptible de donner lieu à d'importantes trouvailles.(4)

Aucun des 2 compères ne divulgue l'existence du site, le premier n'en ayant sans doute pas précisé la localisation exacte au second ! C'est donc en toute ignorance d'une prétendue visite plus précoce et sans le bénéfice d'une quelconque information que je me rends, six mois plus tard à Jovelle dans le cadre de recherches spéléologiques et archéologiques systématiques dans le bassin de la Dronne.

Le 16 novembre 1983 je pénètre  à mon tour en solitaire dans la cavité  et porte à près de 50 m son développement total là où Serge Avrilleau n'avait, quant à lui, reconnu que 10 mètres !

Comme mon hypothétique prédécesseur je recueille en grande quantité tessons et outils de silex jonchant un sol bouleversé par les animaux fouisseurs mais surtout je m'investis dans une tentative de décryptage d'un véritable palimpseste de figurations gravées sur les parois de la zone d'entrée. Le lendemain, au terme d'une nouvelle séance de travail, j'ai arraché à une nuit de 250 siècles le fabuleux bestiaire désormais bien connu et qui a valu au sanctuaire son classement au titre des monuments historiques !

Les prétentions de Serge Avrilleau à être considéré comme l'inventeur de Jovelle sont tout bonnement incongrues ! Pour lui remettre les pieds sur terre je voudrais simplement lui rappeler cette anecdote. Durant l'été 1978 , à mon initiative et avec le soutien de Claude André (5) qui avait ses entrées à la mairie de Tourtoirac, les édiles municipaux ont accordé à trois membres du spéléo-Club de Périgueux à savoir, Gérard Delorme, mon frère Serge et moi-même l'autorisation de tenter un franchissement du siphon qui condamnait l'accès à une des plus importantes circulations souterraines du causse périgourdin : le ruisseau souterrain de la Clautre alimentant en eau le bourg.

L'opération s'était soldée par un demi échec . En apnée nous avions franchi sans encombre une première voûte mouillante mais, hélas, c'était pour nous heurter, à peine 20 m plus loin, à un second siphon infranchissable, celui là sans équipement.

Un plongeur corrézien, Gérard Bugel, poursuivit  plus tard cette exploration sur environ 200 mètres mais c'est, pour finir, Jean-Luc Sirieix, spéléonaute émérite de Mussidan, qui  devait triompher de l'obstacle derrière lequel il pu remonter sur plusieurs kilomètres le lit du cours d'eau ! (6)

À aucun des 3 participants à la première tentative il ne viendrait à l'esprit de se faire passer pour le découvreur du réseau.

Chacun a sa propre conception de l'honnêteté intellectuelle ; celle d'Avrilleau n'est pas exactement la mienne et c'est sans doute pourquoi dans la dernière interview qu'il accorde à un plumitif de Sud-Ouest il ne cite à aucun moment les importantes contributions de son préfacier, superbement occulté, à son œuvre (dans l'article de S.O l'étude et les relevés des cluzeaux de Lusignac, de la grange médiévale du bois de Halas et de la crypte historiée de La Tour-Blanche sont anonymes : Ch.Carcauzon est un intouchable!) Vraisemblablement, pour son plan de carrière, était-il préférable de mentionner des liens de connivence avec l'apparatchik Aujoulat à qui je voue une haine tenace pour s'être exonéré par une boutade méprisante des promesses qu'il m'avait faites il y 25 ans  que de s'afficher avec le pestiféré d'Argentine! Notre article À nos lecteurs lui aurait-il donné l'impression que la bête était déjà morte?

Plus affligeant encore est le caviardage de données que je lui avais transmises et dont la publication n'aurait fait qu'enrichir un document tendant à l'exhaustivité. Des dizaines de notules, rapports, topographies sont passés à la trappe sans justification apparente. Dans cette affaire le perdant est l'acheteur de l'ouvrage, le gagnant son auteur auquel je n'aurai pas, involontairement, fait de l'ombre.

Reste cependant intacte mon opinion relative au travail de bénédictin mené par Serge Avrilleau depuis plus de 40 ans. Comme Marchais l'affirmait à la face du monde, à propos de l'URSS, le bilan  de son activité est « globalement positif » et je ne suivrai pas sur la voie du dénigrement l'archéologue du CNRS Danilo Grebénart, un ex pote à lui, qui l'a proprement dézingué en 1996 dans les pages du bulletin de la SHAP (7) lors de la parution du précédent tome concernant les cantons de Neuvic et de Ribérac. Certes tout est loin d'être parfait dans cette œuvre bigarrée, il n'empêche qu'elle réunit une somme de documentations irremplaçables dont, à l'avenir, on devrait mesurer pleinement l'intérêt !

À tout pécheur miséricorde !

Ch CARCAUZON le 13/02/2009

(1) Lire notre article Jovelle : La machine à remonter le temps  et la déclaration de Serge Avrilleau « Christian Carcauzon a bien découvert des gravures remarquables dans cette même grotte… Je reconnais bien volontiers que je ne les avais pas vues, malheureusement, absorbé que j'étais  par les vestiges préhistoriques au sol »

(2) http://lithos-perigord.org/

(3)  En 2006 Christian Chevillot qui règne sur l'ADRAHP depuis des lustres a convaincu ses auditoires et les pisses-copie de Sud-Ouest qu'il était l'inventeur des tailleries de meules monolithes de Saint Crépin de Richemont… découvertes et publiées 21 ans plus tôt par l'auteur de ces lignes. Lire À propos des tailleries de meules de Saint Crépin et Honnêteté scientique

(4)Apparemment Serge Avrilleau s'est avisé de l'intérêt de la caverne… à la lecture de l'article de SO du 10/12/83  annonçant la découverte que j'y avais faite ! Rien ne l'empêchait de sortir plus tôt d'une léthargie de 6 mois. Comme beaucoup il aura  négligé de lire l'Écho du Centre quotidien communiste qui, 5 jours auparavant avait publié à la une le compte-rendu de mes recherches sous un titre plus tapageur que je ne le souhaitais « Nouveau trésor archéologique à La Tour-Blanche »

(5)  Claude André, dit Zouzou, pilier d'un GSP au tropisme Auvézèrien,  fut un de nos précieux et chaleureux complices durant les dernières années des seventies.

(6)  Lire notre article Tourtoirac

(7)  Danilo Grebénart « Sur des travaux d'archéologie souterraine » BSHAP TOME CXXIII 1996 pp 139-140

 

Le 16 novembre 1983 un nouveau nom venait s 'ajouter à la liste des cavités  ornées paléolithiques alors connues dans le bassin de la Dronne  ; celui de la grotte de Jovelle petite cavité de 40 mètres située sur le territoire de la commune de La Tour Blanche en Périgord Blanc.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire notre article

Jovelle : La machine à remonter le temps

 

 

Depuis 1983 le spéléologue Serge Avrilleau cherche à se faire créditer de la découverte de la grotte de Jovelle effectuée par nos soins en novembre de cette année là. Selon ses propres affirmations, si tant est qu'elles soient véridiques, il n'aurait pourtant entrevu que le porche ignorant  superbement ses galeries profondes et son exceptionnel décor pariétal paléolithique. Dans le même esprit, un certain Louis-René Nougier, dans « Rouffignac, la guerre des mammouths » (1) ouvrage dont la cocasserie n'a jamais été surpassée, se prétend, pages 172 et 173, inventeur de la grotte de Lascaux dès 1936. Cette revendication a durablement discrédité son auteur ; Serge Avrilleau ne sortira pas davantage grandi de ses incessantes et absurdes prétentions qui sont cependant relayées ici ou là et tout récemment encore par l'association Lithos, et, bien entendu, par la société française d'étude des souterrains (2) qu'il présida durant plusieurs mandats. Qu'il pose d'ores et déjà ses jalons auprès de la rédaction de Périgord découverte : il pourrait s'y trouver des alliés sûrs !

(1)   La table ronde 1957 (2) http://sfes.chez.com/info/info84.doc  




24/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres