argentine

CG24


grotte de tourtoirac : le prix de la visite est dissuasif !

À la veille de l'ouverture au public de la grotte de La Clautre (Tourtoirac) les responsables du projet sont, pour des raisons  cruciales, dans leurs petits souliers. Le coût de leur initiative, financée par le contribuable, dépasse 1,7 million d'euros et il est fort douteux que l'équilibre financier soit jamais atteint. La cavité au décor de calcite bien ordinaire, manque d'attractivité, on ne peut la parcourir que sur à peine 300 mètres et le prix de la visite en est dissuasif ; 7,50 € ( 50 balles quand même !) pour un adulte. Les propriétaires de la grotte de Villars pratiquent des tarifs comparables ( avec 4,50 € ils sont minorés malgré tout pour les enfants - ceux de La Clautre atteignent 5 €-) mais au moins les amateurs en ont-ils pour leur argent puisque la caverne renferme également de surprenantes peintures magdaléniennes et qu'avant la visite un film leur est projeté sur l'histoire géologique du plus grand réseau karstique du Périgord (plus de 11 km).

La Clautre, d'ici peu, pourrait bien être aux finances départementales ce que le Pôle International (sic) de Préhistoire, la  danseuse du CG24, est depuis trop d'années déjà … un véritable boulet ! (1)

(1) Aucun opérateur privé soucieux de rentabilité économique ne se serait risqué dans une telle entreprise.

Ch.C le 14 /4/2010

 

Commentaires glanés sur la visite touristique de la grotte de Tourtoirac

 

             L'éclairage global est insuffisant de telle sorte qu'on regarde plus ses pieds que la cavité elle-même. Éclairage qui n'arrive pas à dissimuler les apprêts d'un faux lac souterrain et les boulons en paroi qui tentent de sécuriser la cavité. L'âge venant, une baisse de la vue est un évènement physiologique qui touche la plupart des gens (le troisième âge doit pourtant composer le principal de la clientèle). Il n'y a que trois stations au cours de la visite. Temps où les commentaires péremptoires du guide sont récités sans micro (pourtant, les malentendants n'ont pas droit à un tarif réduit). Dans les commentaires péremptoires, on apprend que les "fistuleuses" ont au moins un million d'années, que les gouttes d'eau qui perlent sur la voûte et vous tombent sur la tête ont 150 ans. Comment les calculs ont-ils été faits ?  A-t-on procédé à une coloration des eaux d'infiltration, il y a quelque 150 ans en prévision de l'ouverture de la grotte ? La visite-aller se termine sur une magnifique cascatelle artificielle alimentée par une pompe électrique (un de guides s'est fait réprimander parce que il annonçait benoîtement ou malicieusement que cette cascade était un postiche). Contrairement aux dires des présentations publicitaires de la grotte, les handicaps sensoriels ne sont donc pas pris en compte. La visite est sans grand intérêt, les visiteurs sortent de la cavité aussi peu informés qu'avant, ayant capitalisé des notions erronées sur les grottes, les circulations souterraines, les concrétions et leur genèse.

         La visite de la cavité est à la hauteur des vues de ceux qui l'ont organisée, très en-dessous.

 

         Visite à éviter, certainement. Pour le montant du droit de visite de la cavité, faites un don à une association caritative.  Vous ferez œuvre utile !

Texte mis en forme et transmis par Francis Fargeaudou un des meilleurs connaisseurs du causse périgourdin  et de ses richesses souterraines //membres.multimania.fr/ffecit/gsp/ 

 

(ndlr) Cet article, entre autres, inspire à certains commentateurs des insultes d'une vulgarité sans pareille ; il va de soi qu'elles n'apparaîtront pas sur ce blog tant que leurs courageux auteurs s'abriteront derrière des pseudonymes !  

Sud-ouest, média dont la servilité est bien connue, n'arrête pas de faire paraître depuis le printemps des publi-reportages visant à promouvoir la bien ordinaire grotte de La Clautre de Tourtoirac promise à la déconfiture économique. Dans son édition de ce jour, 9 juillet 2010, il en remet une couche supplémentaire à la faveur de l'inauguration des aménagements touristiques de la cavité ouverte à un rare public payant… 2 mois auparavant. L'événement dont le caractère dérisoire n'échappera à personne a fourni l'occasion à Bernard Cazeau d'aller, en ces temps de canicule, se rafraîchir, une nouvelle fois, dix pieds sous terre en compagnie du maire de la localité affublé du signe distinctif majeur de sa charge et de sa fonction : la fameuse écharpe tricolore républicaine.

 Philippe Marchive, un des explorateurs de la grotte découverte par Jean-Luc Sirieix (lire sur Tourtoirac le récit de l' exploration au cours de laquelle  Jean Luc Sirieix et Anne-Marie Maire devaient trouver la mort), était lui aussi une fois de plus, comme en avril dernier, du « raout » : il a prononcé, à cette occasion,  les mêmes phrases pertinentes recueillies précieusement par les plumitifs vernaculaires «Aujourd'hui, cela me fait vraiment drôle, notamment de voir la grotte avec ces barrières. »  Ce sera sûrement encore plus « drôle » d'ici peu pour le contribuable quand il sera invité à combler un déficit financier qui s'annonce … abyssal !

Une fois de plus l'UMPS aura su, par ailleurs, resserrer les rangs autour de Bernard Cazeau , le « Conducator de la Dordogne », ardent défenseur de ce projet loufoque: le sarkozyste Philippe Cornet, fraîchement élu au Conseil régional d'Aquitaine, affirme, droit dans ses bottes d'apprenti spéléologue que la Clautre « C'est un produit rare dans le nord du département, et il est très bien mis en valeur ». Il ne s'est d'ailleurs pas opposé au financement de l'amenagement touristique. On doit en conclure que l'élu périgourdin s'y entend aussi bien que les socialistes pour faire valser les picaillons et vider les poches du contribuable !

Ch.C le 9/7/2010

 


01/06/2010
0 Poster un commentaire

Jovelle « çà (sic) n’est pas Lascaux »

Jean

 Gagniayre, le conseiller général de Brantôme, fervent défenseur du patois vernaculaire, ne publie pas, bon an mal an chez des éditeurs communautaristes, que des occitâneries destinées aux locuteurs du « parlé croquant » ; il en déverse beaucoup aussi, d'un tout autre genre, sur son blog www.nama24.com/jeanganiayre/.

Sa dernière contribution pêche tout à la fois par la méconnaissance du sujet dont il traite et par le parti pris révisionniste qui préside à l'exposé d'un non événement culturel : à savoir la visite, le 19 mars dernier, du sanctuaire Aurignaco-Gravettien de Jovelle à La Tour Blanche par son patron,  Bernard Cazeau , le Président du CG24. 

Plumitif un tantinet flagorneur avec son mentor, l'élu régional-socialiste du val de Dronne ravit la vedette à son homologue de Verteillac, Didier Bazinet (lireLa valorisation du site de Jovelle se poursuit ), en commentant, le raout culturel qui a récemment réuni sous le porche de la grotte ornée bon nombre d'apparatchiks et d'histrions… farouchement déterminés à faire disparaître des tablettes jusqu'à la plus infime trace de l'inventeur de la cavité.

Ce dernier, Christian-Alain Carcauzon , spéléologue et archéologue devait légitimement pourtant  être convié à cette aimable « sauterie » par  Serge  Eymard,  obscur vice(sic) président chargé de la culture et du patrimoine, lui qui, outre Jovelle, a découvert 3 autres sites paléolithiques majeurs du bassin de la Dronne aujourd'hui classés M.H.(  Fronsac, La Font Bargeix, La Croix) lire Un « Grand témoin devenu témoin gênant » 

Pour son malheur, celui-ci ne grenouille pas au sein des coteries socialo-umpistes et bien évidemment judéo-maçonniques omnipotentes au « Pays de l'Homme », un territoire dont la fonction publique est truffée de parasites détenteurs de sinécures grassement rétribuées. Ceci explique certainement les mesquines, sournoises et déplorables (socialistes en un mot) attentions particulières dont il fait l'objet et dont la Halde pourrait bien, un jour, s'inquiéter. 

Frappé d'ostracisme depuis des décennies ce chercheur a même été privé du bénéfice du RSA sur l'attribution duquel le CG à la haute main !

Pouvait-il en être autrement puisqu'au préalable on avait foulé aux pieds ses droits intellectuels relatifs à la mise au jour, suivie de publications, d'un site de si peu d'intérêt, que le pouvoir local, en roulant dans la farine son ancien propriétaire, vient de l'acquérir ?

Sans vouloir commenter, par le menu, l'insipide chronique de l'ancien médecin de Bourdeilles, précisons que la grotte de Jovelle n'a point été révélée par les travaux des carriers mais qu'elle a bien failli, elle qui depuis des millions d'années résultait d'un creusement karstique actif au Tertiaire, disparaître sous leurs pics et leurs scies à l'orée du siècle précédent.  On ne s'étonne pas, révisionnisme crypto-stalinien oblige, que le nom de l'inventeur et premier analyste des gravures soit soigneusement caché mais on s'interroge tout de même sur la nécessité de mentionner les duettistes Maury (lire Serge Maury : un parcours en exemple  )et Citerne… dont le seul mérite est d'être stipendiés par le pouvoir local...pour brasser de l'air en quelque sorte avec de pseudo études transformées en un appréciable fromage ( lire aussi: De xavière(Tibéri) en Christophe (Gauchon). Rappelons d'autre part qu'il n'y a encore jamais eu la moindre fouille à Jovelle et que les recherches en la matière ne peuvent donc pas reprendre mais simplement débuter...

Cazeau, expert en attractions  paléolithiques ( il multiplie les duplicatas désastreux) aurait déclaré, dans un éclair de génie,  que Jovelle « çà (sic) n'est pas Lascaux »  (1)  Sa perception de l'émergence de l'art et de la spiritualité des chasseurs-cueilleurs préhistoriques semble singulièrement indigente basique et étriquée, ce qui explique certainement une aussi stupide comparaison , à moins qu'il ne fasse référence à une éventuelle exploitation commerciale du sanctuaire!

Certes, à cette aune là, la seule qui passionne vraiment le Président du CG24, Jovelle ça n'est pas Lascaux en terme de marchandising boutiquier ! 

Ch.C le 22/4/201

 

(1) Pourquoi diable l'a-t-il donc achetée et pourquoi sa découverte par le signataire de ces lignes fut-elle, en novembre 1983, qualifiée "d'importance mondiable" par le Ministère de la culture?

(2)il est certain en revanche que Lascaux 2 c'est pire que Disneyland et que c'est plus préjudiciable au patrimoine mondial de l'humanité que le parc de Marne-la-Vallée  ! lire Lascaux II cancer de Lascaux  

 P.S . L'article , objet de cette notule, titré Nous sommes entrés dans la carrière !, présente aux internautes 2 immondes photos des gravures de jovelle. Consultez plutôt celles qui sont en ligne sur notre blog : Jovelle : La machine à remonter le temps  Lire aussi Jovelle : le sanctuaire prend l'eau !

((ndlr) Cet article, entre autres, inspire à certains commentateurs  des insultes d'une vulgarité sans pareille ; il va de soi qu'elles n'apparaîtront pas sur ce blog tant que leurs courageux auteurs s'abriteront derrière des pseudonymes !  


22/04/2010
1 Poster un commentaire

Lascaux II, III & bientôt IV ...la gabegie continue !

 

Lascaux II, III & bientôt IV (1) ... la gabegie continue !

Alors même que tous les indicateurs socio-économiques  sont au rouge le CG24 persiste et signe : il mise tout sur le tourisme lié au patrimoine préhistorique… engloutissant chaque année des sommes astronomiques dont le remboursement prépare dès aujourd'hui les tristes lendemains des contribuables  périgourdins!

À force de persévérer dans l'erreur Bernard Cazeau, le président de l'exécutif local régional-socialiste et bien entendu maçonnique, va replonger le département dans l'Age de pierre, un temps ou même l'éclairage à la bougie aurait pu être considéré comme une formidable avancée technologique et scientifique ! Droit dans ses sabots le persuasif leader charismatique des croquants ne varie pas. Comme son inspirateur Nicolas Sarkozy l'a décrété à propos du bouclier fiscal, il ne remettra pas en cause, épaulé qu'il est par les apparatchiks de l'UMPS, ses démentiels projets de restauration du château de Campagne, futur havre de paix de ses danseuses du PIP, du SDA, du CNP et autres usines à gaz bénéficiant de ses largesses financières,  mais aussi et surtout de création d'une troisième affligeante copie en toc de Lascaux appelée à tenter le touriste culturellement indigent, sous la défroque d'un nouveau label de Centre d'art pariétal !

Alors que s'achève tout juste l'aménagement du Centre d'accueil de la préhistoire des Eyzies, (une machine de guerre commerciale, destinée à ruiner le Musée national de préhistoire de la localité, dont le coût total dépassera certainement les 13 millions d'euros, ) voilà que le Conducator du « Pays de l'Homme » s'engage dans une nouvelle réalisation promise à une déconfiture totale.

La paupérisation accélérée et certainement durable des habitants de la planète, le renchérissement des énergies fossiles et donc des déplacements, pour n'évoquer que ces seuls facteurs (2), va ruiner ou, à tout le moins, totalement chambouler l'économie du tourisme. D'ici peu la fréquentation des sites périgourdins sera à l'étiage et peut-être sera-t-elle menacée (comme Lascaux mise à  mort  par son clone) de disparition pure et simple !

Ces  sombres perspectives ne remettent aucunement en cause les intentions délirantes du CG24. Pour preuve, l'exécutif départemental vient, lors de sa session du 26/03/2010 : Revoir l'enregistrementvidéodelasessionduvendredi26mars de se porter acquéreur, à l'unanimité des conseillers, d'une propriété agricole sise au bas de la colline de Lascaux, celle de M.Parouty, futur lieu d'implantation de ce énième duplicata. D'une superficie de 21 hectares , de prime abord inconstructible puisque vouée à l'agriculture, cette propriété coûtera au contribuable la bagatelle de  750 000 € (les détails de la transaction sont exposés, laborieusement parfois, par Bernard Cazeau dans la vidéo en ligne)… de quoi faire largement oublier aux vendeurs, les coupes sombres opérées par la PAC en matière de soutien à leur activité qui, chacun le sait, mènent dorénavant la paysannerie, jusqu'à présent abusivement dorlotée par les politiques, à la faillite !

Il va de soi que l'administration acceptera sans mot dire le changement de statut de cet espace rural qui sera submergé par des flots de béton et de bitume. Les élus périgourdins ne seront pas plus inquiétés que leurs homologues de la côte Atlantique à la solde des promoteurs, pour cette bénigne entorse à la loi. En revanche 750 000 €, un prix vraiment excessif pour 21 hectares, pourrait interpeller la chambre régionale des comptes.

Reste que cette somme n'est rien comparée aux dizaines de millions d'euros qu'il faudra investir pour qu'un jour, Lascaux IV accueille son premier visiteur payant !

À ce moment là Bernard Cazeau , 71 ans cette année, Pdt du CG 24 et Sénateur depuis 1994 et 1998, sera t il encore aux commandes ? Rien n'est moins sûr ce qui l'incite peut-être à faire sienne la formule « Après moi le déluge ! »

(1)Lascaux II en constante et coûteuse restauration depuis 1983, date de son inauguration, met à mort, par les nuisances découlant de son exploitation commerciale, le sanctuaire original dont le sépare seulement …200 mètres ! Lascaux III ou « Lascaux révélé » squatte depuis 2009 le Préhisto-parc du Thot à Thonac médiocre attraction touristique en souffrance gérée par la Semitour. Le futur Lascaux IV ou Centre d'art pariétal devrait être ouvert au public entre 2015 et 2020 !

(2) À l'horizon 2015 les progrès de l'imagerie numérique 3 D auront rendu totalement obsolète ce duplicata en carton pâte. Le CG24 fonce à reculons dans l'avenir !

(3) selon Bernard Cazeau « les ménages consacrent sans cesse plus d'argent aux dépenses culturelles et de loisirs. » Isolé dans sa tour d'voire et coupé des réalités socio-économiques le Président  du CG24 n'a apparemment pas pris connaissance d'un rapport de l'Insee établissant qu'en 2007 déjà 8 millions de ménages français vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Voilà au moins une grande partie de la population hexagonale plongée dans la misère qui ne viendra pas s'esbaudir devant les affligeantes décalcomanies de son futur Centre d'interprétation d'art pariétal ! Pour engranger dans l'avenir  des bénéfices alors même que la crise a sûrement multiplié par 2 le nombre des indigents (demain ce sera pire!) sans doute compte-t-il sur les touristes issus du peuple élu socialo-maçonnique curieusement épargnés quant à eux par une réduction de leur pouvoir d'achat !

Ch.C ce 2/4/2010


08/04/2010
0 Poster un commentaire

Politique/ Les occitans périgourdins dans l'arène !


    Martial Peyrouny est loin d'être un inconnu pour les auditeurs de France bleu Périgord navrante radio locale dite de service public (1). Ce formateur à l'UIFM de Périgueux anime en effet sur la station décentralisée de France-Inter une émission baptisée Meitat Chen Meitat Pόrc qui doit pleinement satisfaire les locuteurs du patois local.

 

Déterminé à défendre l'idiome moribond, l' enseignant brantômais intervient aussi dans les colonnes du quotidien Sud-Ouest, du mensuel sous forte influence maçonnique « Le journal du Périgord » et multiplie ses blogs sur la toile. Chacun d'eux (5 au total) affiche légitimement le profil du « webmaster » (2).

D'ici la fin du mois le CV  du professeur s'y sera, peut être, enrichi d'une fonction supplémentaire ; il est, en effet, candidat aux « régionales » sur la liste PS «  Le président de la région Aquitaine (l'ayant invité à) représenter la mouvance occitane et plus généralement la défense des langues et cultures de France au sein de son équipe »

 

Mieux, s'il est élu le candidat serait chargé par Alain Rousset de mettre n place un « office régional de la langue occitane» sûrement une nouvelle usine à gaz générant des gabegies financières supplémentaires  essentiellement profitables aux apparatchiks qui la dirigeront. En la matière  le PIP fait figure de pionnier au grand dam du contribuable appelé à mettre la main à la poche pour entretenir de quasi, voire d'authentiques parasites !

           

Le combat de Martial est respectable. La défense de la tradition occitane qui a accouché du radical-socialisme maçonnique, (culture politique bourgeoise figeant le terroir dans l'obscurantisme d'une toujours vivace 3ème république des notables) mérite, selon lui, d'être poursuivie, quand bien même la survie du dialecte local vernaculaire confine aujourd'hui à l'acharnement thérapeutique et obère lourdement les ressources de la collectivité. Alain Rousset, en fin politique, n'ignore pas qu'il faut cependant généreusement appâter pour faire une bonne pêche (aux voix) !

 

Non content de militer pour la survivance de cette culture réactionnaire au sens étymologique du terme l'élu de Brantôme (et des trufficulteurs) chante aussi les louanges des bardes patoisants  qui exaltent la tauromachie pratique barbare enracinée  en pays d'oc au plus profond du cerveau reptilien des aficionados !

 

Sur le blog labellisé  Oc en Stock du candidat Peyrouny, celui-ci rendant un vibrant hommage au « félibre » (3) gascon  Bernard Manciet assure la promotion d'une nouvelle édition du Poème épique pour un torero !  écrit par le « maître ». En célébrant ce texte facilement exonéré du sadisme propre à l'exécrable rituel de la corrida pour mieux lui assurer une dimension mythologique, philosophique voire pourquoi pas spirituelle (4) Martial Peyrouny affiche, de fait,un amour identique pour ce spectacle révulsant ! Même uniquement encouragée par la plume, la barbarie, qu'elle s'exerce envers les animaux ou les hommes reste ignominieuse.

 

Manifestement les occitans ont un avis contraire ! Ils le prouvent d'ailleurs en soutenant bec et ongles le gavage, violence bi-quotidienne exercée à l'encontre des palmipèdes elevés pour la production de foie gras.

                  

Que n'avez-vous, Martial, cité sur votre blog, par souci d'équilibre, ces lignes métaphoriquement revanchardes de Christian Laborde, autre incontestable écrivain de la terre d'Oc ?

 

                        

 

« Défenestrons le  Sud de la mort et dézinguons la corrida ! Ouvrons le feu, vidons nos kalachnikovs, nos flingues planqués dans nos greniers  sur la racaille confessée  qui se rend aux arènes. Et vous taureaux, mes chers taureaux, courez, courez, accrochez à vos cornes qui sont le narguilé de Dieu, l'écharpe tournoyante des vents » 

 

                           

  

   (1)  En limousin, en Charente maritime des stations décentralisées homologues de France-Inter se hissent sans problème à un niveau qualitatif largement supérieur.

(2)    Afficher mon profil complet

(3)     la moquerie est de l'auteur de cette chronique

 

(4)« La tauromachie garde quelque chose d'important : ce qui s'appelle la grandeur. Celle de l'homme et de la bête. C'est un des derniers refuges pour un siècle qui manque de grandeur. Le taureau est un grand seigneur et le matador aussi. Je dis matador parce que ce dernier tue ». Bernard Manciet.

En matière de métaphore nous préférons, et de loin, celle du hanneton proposée par Romain Gary dans son inoubliable livre "Les racines du ciel"

 

Martial Peyrouny ne doit guère apprécier un autre artiste de la terre d'Oc, Francis Cabrel, qui chante son profond dégoût de la corrida. Ch.C

 

Depuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noire
J'entends qu'on s'amuse et qu'on chante
Au bout du couloir ;
Quelqu'un a touché le verrou
Et j'ai plongé vers le grand jour
J'ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour
Dans les premiers moments j'ai cru
Qu'il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre
Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l'avoir
Cette danseuse ridicule...

[Refrain] :
Est-ce que ce monde est sérieux ? (bis)
 Andalousie je me souviens
Les prairies bordées de cactus
Je ne vais pas trembler devant
Ce pantin, ce minus !
Je vais l'attraper, lui et son chapeau
Les faire tourner comme un soleil

Ce soir lafemme du torero
Dormira sur ses deux oreilles
Est-ce que ce monde est sérieux ? (bis)
J'en ai poursuivi des fantômes
Presque touché leurs ballerines
Ils ont frappé fort dans mon cou
Pour que je m'incline

Ils sortent d'où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier ?
J'ai jamais appris à me battre
Contre des poupées
Sentir le sable sous ma tête
C'est fou comme ça peut faire du bien
J'ai prié pour que s'arrête
Andalousie je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je pensais pas qu'on puisse autant
S'amuser autour d'une tombe
Est-ce que ce monde est sérieux ? (bis)
Si, si hombre, hombre
Baila, baila

Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar...
Y mataremos otros

 

    Catalogne : levée de boucliers des élus du midi contre l'interdiction des corridas Supprimer les corridas serait une "perte pour l'humanité", a estimé pour sa part le « philosophe » (sic) français Francis Wolff chantre de la "beauté" de la mort du taureau dans l'arène !

Et reléguer les élus occitans (catalans)  et leurs supplétifs, à l'étable, ça se serait pas mieux des fois ?

 

 

La corrida, vache sacrée à Madrid et dans le Sud de la France, sera bientôt interdite  : Pressentant cette (bonne) nouvelle le « philosophe » (sic) tauromachique Francis Wolf s'insurgeait dès 2007 force trémolos sous la plume.

« Si la corrida devait être un jour interdite là où elle est aujourd'hui autorisée, ce serait bien sûr … une perte esthétique (qu'on songe seulement à tous ces artistes, écrivains, penseurs qui, en deux siècles d'existence de la corrida, y ont puisé une part essentielle de leur inspiration) .»

 Le brillant universitaire oserait-il affirmer qu'il en va en va de même pour toutes les brutalités, tous les meurtres, toutes les Shoah(s) ?  Si les génocides devaient être un jour interdits ce serait également… une perte esthétique (qu'on songe à tous ces artistes qui, depuis la nuit des temps, y ont puisé une part essentielle de leur inspiration) . Dieu que la souffrance et la mort sont jolies ! 

 

    Martial Peyrouny, affectionne, on l'a constaté, les envolées lyriques des bardes rad'soc occitans. Qui pourrait résister à cette vibrante invitation à découvrir les charmes de Brantôme, la petite patrie de l'auteur des Dames galantes  publiée dans le magazine Périgord-Limousin n°26 - juin 2008? «  ... Certains la surnomment la Coquette en opposition à Bourdeille(s) la Belle. Il est vrai qu'à la voir ainsi blottie entre deux bras de la rivière Dronne comme un bijou dans son écrin, elle a toute la beauté et la sen­sualité d'une jeune femme. » Ses nombreux ravalements de façade attestent pourtant sa maturité, voire même sa décrépitude car «  En se promenant entre ses ruelles, le flâneur se rêve au cœur d'une ville entre moyen âge et renaissance, témoignage de son long passé historique. » Toutefois, se promener entre des ruelles n'est plus guère de mise aujourd'hui où, même entre chien et loup on préfère s'aventurer sans risques grammaticaux  dans les venelles de la cité.

 Martial (Peyrouny) c'est un véritable « Passe muraille » dirait Marcel (Aymé) !

 

Rhône-Alpes Midi-Pyrénées et Limousin régions les plus vertes de France (info Le Monde du 3/3/2010)

 Si l'Aquitaine d'Alain Rousset ne figure pas dans ce classement vertueux c'est que, de la côte Atlantique jusqu'au plus profond des terres, le béton et le bitume y sont rois qu'on y plébiscite les lignes LGV, qu'on y approuve le financement sur fonds publics d' aéroports pour la « gentry » et les notables rad'socs occitans, que la multiplication des routes et autoroutes mutile chaque année un peu plus les milieux naturels, qu'on y finance les associations de turbo-salopards férus de sports mécaniques, qu'on y saccage les paysages pour le plus grand profit des opérateurs de la filière tourisme,  que les élus du terroir  ferment les yeux sur les dévastations du mitage et l'artificialisation des sols, que les agriculteurs y sont adeptes des OGM , grands amateurs d'engrais et de pesticides et pratiquent l'irrigation à outrance sans souci de la ressource et que parmi tant d'autres tolérances coupables accordés aux pollueurs qui ne sont jamais les payeurs on y supporte les atteintes révoltantes des chasseurs (l'Aquitaine est CPNTiste) à la biodiversité ! Ceci explique sans doute cela !

 

en croire Sud-Ouest Didier Porte sera l 'invité du Club de la presse du Périgord le 7 mai prochain. L'humoriste, qui fut tout d'abord journaliste,  a bien fait de changer de boulot : c'est surtout pas en Dordogne qu'il aurait pu gagner sa vie en rendant compte de l'actualité. Il n'y rien de plus servile et frileux que les médias du « Pays de l 'Homme » tous porte-voix du pouvoir rad'soc maçonnique qui depuis le début de la 3ème (République des camarades) mène le département à la baguette

 

« Parlementaires de Dordogne, élus municipaux, membres du PS ou simples sympathisants? Plus de 600 personnes ont assisté hier soir au théâtre de Périgueux au meeting des candidats socialistes aux élections régionales. » La Dordogne Libre du 5/3/2010

Il est évident que les apparatchiks et la clientèle du pouvoir régional-socialiste Périgourdin ont la reconnaissance du ventre et ne mordent pas la main qui les nourrit ! Parmi l'ensemble des participants venus faire la claque lors de cette soirée électorale il y a gros à parier que tous les casés par l'exécutif local dans la pléthorique fonction publique territoriale départementale avaient tenu à faire acte de présence. Comme quoi la plupart d'entre eux a une véritable utilité; à tout le moins pour préserver leurs emplois douteux les employés du CG24 iront voter  comme un seul homme pour l'Armée rose !

« Nous sommes bien plus nombreux que dans nos plus belles espérances » reconnaissait Mathieu Druillole responsable de la section périgourdine du PS. Engagez-vous, rengagez vous… pour obtenir un « plaçou » au pays de Jacquou !

                           

        

(ndlr) Cet article, entre autres, inspire à certains commentateurs des insultes d'une vulgarité sans pareille ; il va de soi qu'elles n'apparaîtront pas sur ce blog tant que leurs courageux auteurs  s'abriteront derrière des pseudonymes !  

Les corridas interdites en Catalogne

Le parlement catalan a approuvé l'interdiction des corridas. 4 commentaires]

Les catalans qui ont la tête prés du bonnet ne se sont pas seulement prononcés contre la corrida pour des motivations strictement éthiques ; ils l'ont surtout fait pour emmerder Madrid !

Les occitans qui, eux, en parfaits barbares, se reconnaissent dans cette pratique odieuse, et réactionnairement fascisante, plantent des banderilles sur l'échine d'un pouvoir  parisien centralisateur toujours suspecté d'impérialisme culturel pour lui arracher le maintien d'une pratique révoltante aux antipodes du respect de la vie, confortée par la démocratie des oies blanches et des moutons (1), puisque, est –il bon de le rappeler,  plus de la moitié des porteurs de bérets, de consommateurs de « baguettes » et des fidèles auditeurs de Jean-Pierre Pernaut , cautionne les abjectes et sanglantes réjouissances de l'arène!

Montaigne, périgourdin géographiquement « border-line » mais néanmoins précurseur des notables rad'soc maçonniques locaux aurait-il vu juste : «  Quelle vérité est ce que ces montaignes bornent, mensonge au monde qui se tient au delà ? »

Ch.C le 28 juillet 2010

(1) il est douteux que les unes et les autres partagent les enthousiasmes de leurs supposées répliques humaines !

 

Un élu de Corrèze pour la loi anti-corrida

‎On attend de sabot ferme un semblable engagement de ses homologues de Dordogne !

Seul, parmi eux, Pascal Deguilhem, l'élu PS de la 1ere circonscription (Périgueux-Vallée de l'Isle) s'est ouvertement déclaré en faveur de l'abolition de la corrida. Le Néo Villepiniste Garrigue, député du Bergeracois, est, pour sa part totalement inféodé au lobby taurin dont il défend bec et ongles les pratiques barbares. Colette Langlade, qui n'aurait sans doute jamais eu l'occasion de fréquenter l'assemblée nationale sans la mort providentielle de Michel Debet dont elle était l'atone suppléante, évite quant à elle de se mouiller dans un débat risqué ! Cette courageuse position ne lui épargnera pas cependant son congé aux prochaines législatives! Germinal Peiro, 3eme député PS de la Dordogne et représentant de la ruralité en Périgord noir se garde soigneusement de se tirer une balle dans le pied en approuvant l'initiative des parlementaires catalans qui viennent d'interdire sur leur sol la corrida à l'horizon 2012. L'homme dont les dents rayent le parquet d'un Ministère de l'Agriculture qu'il ambitionne de transformer en pied-à-terre à l'issue de la future élection présidentielle ne s'aviserait pas sans risques à froisser un électorat sociologiquement réactionnaire et attaché à ses privilèges comme à ses vieilles lunes en suivant l'exemple de ses homologues d'outre-Pyrénées!

 

Béziers promet d'accueillir les corridas indésirables à Barcelone
L'Occitanie : une culture mortifère…une culture de M … surtout !

Le matador Julien Lescarret blessé

Dans son combat face aux fauves de Miura, à Béziers, hier, il s'est fracturé le scaphoïde (poignet) gauche

Encore heureux qu'il n'ait pas contracté… le cancer de l'auriculaire cher à Coluche !



Ilne sera pas dit que Sud-Ouest remette si peu que ce soit  en cause les traditions populaires aquitaines. Bien au contraire ce média populiste célèbre à longueur d'année la tauromachie, les chasses dites traditionnelles, l'extermination d'espèces qualifiées de « nuisibles »… qui participent étroitement de la culture prétendument humaniste des occitans !

Ce 31 janvier il gratifie ses lecteurs d'un article complaisant sur les morbides réjouissances du Tue-cochon remises au goût du jour dans un élan festif et paraît-il éducatif (1)  par le comité des fêtes de Lauzujan .

Heureux ruraux, Gersois en l'occurrence,  qui sont autorisés par la loi républicaine à pratiquer l'abattage fermier, variante locale de pratiques rituelles barbares séculaires adoptées par les sectateurs d' Allah et de Jéhovah qui … égorgent vivant le  mouton de l'Aïd el-Kébir  et de la Pâque kasher.

Dans le cas mis en exergue  par notre obligeant confrère c'est le sacrifice « de Gaston » un verrat de 192 kilos qui est relaté sur un mode complice visant à mettre les beaufs de son côté. Pas la moindre allusion aux souffrances endurées par l'animal égorgé sans insensibilisation « Le compte est bon pour Gaston, qui a protesté un peu -c'est de rigueur lorsque l'on se fait trancher la couenne- mais après tout, personne n'a jamais prétendu que l'on faisait du jambon par l'opération indolore du Saint-Esprit… À Lauzujan décidément, on sait vivre. »

C'est sûrement ce que se disent les  jihadistes d' Al Qaida lorsqu'ils tranchent le gosier des journalistes tombés entre leurs mains !

Ch.C

 

( 1) selon le rédacteur de cette cochonnerie de papier, l'institutrice du village «  un peu farouche (sic), n'a pas trouvé approprié d'initier ses élèves aux choses de la vie. Alors la résurrection du tue-cochon a perdu sa vocation pédagogique pour rester seulement festive et faire perdurer la tradition. » Les minos privés de ce spectacle réjouissant peuvent cliquer sur ce lien :  La tradition du cochon en Aveyron


Action contre l'abattage rituel & l'abattage « fermier »

//www.abattagerituel.com/

 


Sud-Ouest persiste et signe !

 

Un certain Franck Delage, journaliste dûment encarté, signe ce 2 février 2011 un papier étrangement titré « Y a-t-il de la vie autour d'une mort ? » Non il ne s'agit pas, avec cette publication reléguée dans les pages « Sarlat » du « Grand quotidien régional républicain » d'une nouvelle chronique ésotérique « new-age », sauce Bergier-Pauwells, revisitant le « réalisme fantastique »…mais bel et bien d'un éloge du « Tue cochon » ,appellation faussement consacrée par l'usage médiatique, de la mise à mort, suivie de tribulations culinaires mais néanmoins anthropophagiques visant à apprêter les abats  et les morceaux plus ou moins nobles de cet être que l'essayiste  Bernard Werber considère, à juste raison, comme Le Père de nos pères  à savoir le porc !

 

Le localier du pays d'Oc  s'interroge à propos de l'impact d'un reportage tourné à Marquay  et diffusé le 1er février, dans l'inénarrable JT de Jean-Pierre Pernaud : « Qu'a pensé le bobo parisien de ces Sarladais les mains dans le sang, se réjouissant devant un cochon coupé en morceaux ? Comment a-t-il reçu ce message télévisuel alors qu'il achète depuis des décennies de la viande sans forme sous plastique, sans savoir par où est passé l'animal, comment il est né, comment il a été tué et découpé avant d'arriver dans son assiette ? »

N'en déplaise à notre confrère, le bobo parisien issu du plus profond des provinces françaises connaît, de toute évidence, pour avoir encore au cul, la paille du fumier natal, l'itinéraire de son jambon. Le snobisme et la sensiblerie qu'il affecte ne lui font pas oublier ses tragiques origines rurales. Quoi qu'il en soit il n'a pas été révulsé par la mise à mort « d'Hardy, le nom de la victime, dans la pénombre d'une grange du Périgord noir » les cadreurs ayant soigneusement évité de filmer l'égorgement de la bête pleinement consciente du supplice qu'une assemblée de périgourdins plus ou moins locuteurs du parlé croquant, et parfaits homologues des bouchers juifs et islamistes  adeptes de l'abattage rituel, lui faisait subir sans le moindre sentiment de culpabilité !

Pensant, certainement, rendre son article plus attractif et vivant, Franck brosse le portait de quelques joyeux participants à cette fête sanglante et dévoile l'intérêt porté à  ces réjouissances campagnardes   par une  représentante de l'éducation nationale avide d'en fixer les temps forts sur la carte numérique de son appareil photo.

Ladite enseignante avoue sans ambages « Ce qui m'a le plus impressionné, c'est quand ils ont arraché les onglesC'est formidable pour les jeunes cette passation de savoir ! »

Il faut espérer que les circonstances politiques et historiques ne lui donneront pas, demain, l'occasion de mettre en pratique, sur d'autres, ses connaissances toutes neuves !

 

 

PS : Fermier ou rituel l'abattage ne doit plus être pratiqué sans insensibilisation préalable de l'animal ; bien entendu ceTte obligation n'est jamais respectée par les « bouchers » qui méritent bien leur nom.  l'Europe mettra-t-elle un jour au pas les délinquants réactionnaires ? On en doute !

Ch.C le 02/02/2011

L'élu régional socialiste Michel Moyrand,  qui, il est salutaire de le rappeler, a sévi durant des années à la tête du Parc Naturel (sic) régional Périgord Limousin n'a pas la fibre écolo et se contrefiche des problématiques du développement durable ! Cet individu, reniant ses promesses électorales passées, refuse aujourd'hui (au nom de quels  (clairs)obscurs intérêts financiers ?) de confier, au profit du groupe capitaliste Suez, la maîtrise de la distribution de l'eau à une régie municipale et se fait remarquer chaque jour davantage par sa calamiteuse gestion du chef-lieu du département de la Dordogne.

De toute évidence ce médiocre apparatchik (1) conduit  la ville de Périgueux à la faillite en multipliant les initiatives scandaleusement budgétivores ( transfert de la mairie dans les anciens locaux de la CCI et organisation d'un funeste, coûteux,  autant que dérisoire Festival « Art & Eau » co-financé par Suez qui, on s'en doute, ne sera pas avare de rétro( compro)commissions ).

Voilà, aujourd'hui, que sa bonne cité s'avère une des plus polluée d'Aquitaine : en cause, principalement, un trafic routier non maîtrisé qui asphyxie littéralement cette petite commune, fleuron de la médiocratie périgourdine ! lire Pic de pollution sur l' agglomération de Périgueux

 

Fort heureusement l'inénarrable successeur de Xavier Darcos a réponse à tout ! pour limiter les dégâts, il assure, par voie de presse (couchée) locale qu'il suffit, pour remédier à cette fâcheuse situation  d' « éviter les efforts physiques soutenus en plein air » et de renoncer à « la consommation de tabac, peinture, solvant, colle et …Il est aussi recommandé d'éviter d'allumer des feux d'agrément (chauffage au bois...), et de reporter les activités de brûlage de déchets verts »

Y'a des coups de pied au cul qui se perdent !

Ch.C le 3/2/2011 21h20  //argentine24.blog4ever.com

 

(1) Il s'est  honteusement défilé devant Danielle Mitterrand qui, mardi dernier, tenait une conférence initiée par Attac Danielle Mitterrand défend une régie des eaux à - ACME en faveur du passage en régie publique de l'eau potable dans cette ville dont le contrat avec Suez Lyonnaise expire le 31 mars.

 Plus d'informations sur le marketing de la filière foie gras , sur les violences et les tortures infligées aux palmipèdes 

consultez aussi: //leweb2zero.tv/video/antoine_504506b1ff4e4ea

Lire le communiqué de presse

Euralis à L214 : silence, on gave !

//www.youtube.com/watch?v=QrN2M6bnI5g

Un syndicaliste président des jeunes agriculteurs de la Drôme abat un supposé voleur de truffes

Sa cible ira désormais bouffer les pissenlits par la racine car elle a été littéralement « truffée » de plombs ! 

Pour défendre leurs truffes ils tuent leurs concitoyens, pour produire leurs foies gras…ils torturent  les palmipèdes ( voir nos liens plus haut) . Bienvenue en Occitanie terre de culture & d'humanisme !


nous transcrirons ici les termes magnifiques d'une lettre que Marc Fabre, auteur des Mythes tauromachiques » (Nouvelles Presses du Languedoc, 2009) vient d'écrire au Monde Magazine (6 novembre 2010, p. 7) à propos du fait que la Catalogne, qui avait suspendu les corridas pour des raisons électoralistes, était en voie de les réautoriser. «J affirme que la tauromachie est un condensé des mécanismes et mythes fascistes. A savoir le culte de l'héroïsme et du dépassement de soi, l'éthique de la domination, la morale de la force, le modèle en réduction de la guerre et de la victoire, la purification par le sang, l'esthétique de la mort et du sacrifice, la glorification des martyrs, la nécessité du parcours initiatique, le détournement du sens commun des mots (respect, amour, loyauté), le bric-à-brac de l'inexplicable, l'exaltation de l'Antiquité et de la tradition, la vénération de la hiérarchie, la mise en scène de l'émotion de masse, la magnificence du rituel et du décorum, le phallocentrisme et le retour du refoulé homosexuel, le recours aux sentiments identitaires...». On peut vraiment se demander pourquoi les humains, au lieu de s'arranger entre eux pour développer ces vices et ces qualités à leurs dépens, ont besoin de tuer des animaux innocents pour les affirmer.
 Nouveau : Les bouchers au collège mis en ligne le 24/03/2011


03/03/2010
0 Poster un commentaire

Un« Grand témoin devenu témoin gênant »

 

Depuis 5 ans le PIP (Pôle International de Préhistoire) et le SAD (Service  archéologique départemental ) deux usines à gaz où quelques apparatchiks font semblant de s'activer en attendant la retraite, « s'emploient » ,si l'on peut dire, à collecter les déclarations et recueillir les souvenirs des inventeurs des grottes ornées paléolithiques périgourdines récemment mises au jour. L'opération baptisée « Les Grands témoins de la préhistoire »  semble avoir du mou dans le genou et  ses résultats tardent à être présentés au public !

Ch. Carcauzon un Grand témoin qui est un témoin gênant ! Au centre de l'image Pascal Magontier le réalisateur. Photo Ch.C Repro interdite

Sans doute est-ce, qu'arrivés au terme de l'enregistrement d'interviews sélectives, dont un certain Christian Carcauzon  (1) aura été soigneusement exclu, les réalisateurs, peinant à assumer son éviction, comptent dorénavant sur un décès opportun pour diffuser la série en l'absence de ce « Témoin gênant » des tristes turpides bassement sectaires des archéologues locaux dont l'utilité est moins que perceptible.

Quoi qu'il en soit des motivations réelles du producteur, le CG24 pas trés catholique en l'occurrence, le contribuable local appréciera pleinement le gaspillage des deniers publics dépensés en vain lors du tournage d'un document vidéo appelé à se couvrir de poussière ( et de honte) dans une obscure salle d'archives sans jamais avoir été visionné par quiconque.

          lire aussi : //nantesmai68.fr/grains.html

Ch.C le 22/2/2010

       (1) découvreur et descripteur de 4 sites majeurs classés M.H dont la grotte de Jovelle à La Tour Blanche qui vient d'être achetée en catimini et à vil prix, par l'exécutif local Ch . Carcauzon ne fait pas partie de l'establishment régional-socialiste c'est sûrement ce qui lui vaut ce trop plein d'attentions !

DOSSIER

16

TOURISME CULTUREL,

PRÉHISTOIRE ET DÉVELOPPEMENT

//www.cg24.fr/FCKeditor/upload/file/pdf/magazines/vivre_en_perigord/perigord_n15.pdf.

LE SERVICE ARCHÉOLOGIQUE DÉPARTEMENTAL

le  SAD tire

parti des technologies vidéo pour produire également des

images, à toutes fins d'archives, de l'ensemble des actions

de recherche, de protection et de valorisation des sites ré-

cemment découverts comme la grotte de Jovelle (1983),

prés de La Tour Blanche, ou celle de Cussac au Buisson-

de-Cadouin (2000), considérée comme un " Lascaux de la

gravure". Le SAD est partenaire du PIP pour les " Grands

témoins de la Préhistoire" (lire ci-dessous)

//209.85.229.132/search?q=cache:xAY9RQieRXQJ:www.cg24.fr/FCKeditor/upload/file/pdf/magazines/vivre_en_perigord/perigord_n15.pdf+les+grands+t%C3%A9moins+de+la+pr%C3%A9histoire+castanet&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Enregistrer les grands témoins

Nombre de grottes

ornées et de gise-

ments préhistoriques

ont été découverts il

y a plusieurs dizaines

d'années. Leurs "in-

venteurs" (nom utilisé

pour nommer les dé-

couvreurs) et les cher-

cheurs

constituent

une irremplaçable mémoire qu'il est nécessaire de conser-

ver. Depuis 2005, le PIP avec les services départementaux

et régionaux d'archéologie et avec le Centre national de

la préhistoire a entrepris de collecter les témoignages di-

rects de grands témoins de cette formidable aventure de

la préhistoire en Dordogne.

A terme, tandis que ces témoignages seront accessibles

sur le site du PIP, cette collecte s'étendra aux grands té-

moins de l'ensemble du Sud-Ouest.

//209.85.229.132/search?q=cache:xAY9RQieRXQJ:www.cg24.fr/FCKeditor/upload/file/pdf/magazines/vivre_en_perigord/perigord_n15.pdf+les+grands+t%C3%A9moins+de+la+pr%C3%A9histoire+castanet&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Ch. Carcauzon, découvreur de 4 sanctuaires paléolithiques classés et de centaines d'autres sites spéléologiques et archéologiques, exceptionnels souvent ,  dans la moitié nord du Périgord est un "Grand témoin" (sic) qui est surtout , aux yeux des histrions du CG24 et du ministère de la "culture", un témoin gênant ! Pourquoi diable a-t-il été mis à l'écart alors que plus que quiconque il aura enrichi le patrimoine préhistorique départemental ?  À ce chercheur on doit pourtant la mise au jour des grottes ornées de Jovelle, Fronsac (toutes 2 qualifiées "d'importance mondiale" (sic) par la DRAC) La Font-Bargeix et la Croix ! L'ostracisme qu'il subit s'explique certainement par le fait qu'il n'est ni socialo-umpiste , ni franc-maçon les seules clefs en Dordogne pour "faire son trou". Les "employés" de la fonction publique territoriale en savent quelque chose !

Serge Maury, l'archéologue départemental de la Dordogne, a donné le 25 mars à 14 h à la Maison de quartier du Gour de l'Arche  à Périgueux une conférence intitulée « Femmes de toujours : Partage des rôles dans les groupes humains de la préhistoire ». (1) 

          Cette causerie constituait  le point d'orgue d'une exposition conçue par le PIP (Pôle international de préhistoire) et consacrée aux « Images féminines de la préhistoire » visible sur place durant toute la dernière semaine du mois .

          On doute fort qu'à cette occasion les célèbres silhouettes féminines de Fronsac (Vieux-mareuil) et les non moins remarquables  images vulvaires gravées sur les parois de la même cavité comme sur celles de la grotte de La Font-Bargeix (Champeaux & la Chapelle Pommier) aient fait l'objet d'une  présentation au public et que l'identité de  leur inventeur lui ait été révélée.

           En fait Maury et les apparatchiks du Pôle font, depuis des lustres,  tout leur possible, surtout s'ils  doivent  évoquer ces exceptionnelles figurations magdaléniennes plus connues à l'étranger qu'en Périgord, pour laisser dans l'ombre celui (2) qui les aura mises au jour dans 2 des 4 nouveaux sanctuaires paléolithiques  découverts par ses soins dans le bassin de la Dronne.

           Il ne s'agit pas, en effet, pour le CG24 et ses affidés de reconnaître de quelque manière que ce soit les apports et les mérites d'un chercheur ayant le mauvais goût de ne pas appartenir au peuple élu socialo-maçonnique et dont les travaux auront été incomparablement plus féconds que ceux de la plupart des  histrions encartés qui grenouillent au sein du PIP, du SAD ou du CNP.

           Ch. C. le 23/3/2010

(1) La Femme, ne serait donc pas, selon le PIP cet, avenir de l'Homme que chantait le poète homosexuel & nonobstant communiste Aragon, (ci-devant trouvère du stalinien  Maurice Thorez), lequel n'était pas un enfant de Castille mais le rejeton du préfet de police Louis Andrieux qui réprima dans le sang l'insurrection populaire d'avril 1871 de Lyon faisant suite à la Commune de Paris. "Femme de toujours" (sic) elle reste donc préposée, comme hier et avant-hier, aux tâches domestiques et ménagères… dont l'accomplissement lui prend trop de temps pour pouvoir  envisager de faire de l'ombre à son macho de mari… préhistorien ! lire aussi cette contribution particulièrement pertinente: //nantesmai68.fr/grains.html

(2) Ch.C le signataire de ces lignes a, entre autres, découverts les grottes ornées MHC de Jovelle, Fronsac, La Font Bargeix et La Croix

                                  

Les silhouettes féminines de la grotte de Fronsac (Vieux-Mareuil) Photo Ch.C Reproduction interdite

 Jovelle : La machine à remonter le temps consulté 2333 fois depuis son classement en archives. Nombreuses illustrations en ligne.

 

Les socialistes périgourdins toujours plus riches...

Les inégalités se creusent aussi «par le haut» du panier au bénéfice des apparatchiks du Conseil général en Dordogne.

 


Consulter également notre précédent article : « Les Grands témoins de la Préhistoire »


22/02/2010
0 Poster un commentaire